SUR LE MAG 39 - PRINTEMPS 2017

SUR LE MAG 39 - PRINTEMPS 2017

MAG 39 ( SUITE )

MAG 39 ( SUITE )

" UN ENFANT , S'IL EST TRAUMATISÉ PAR LE MENSONGE ET LE NON-DIT , NE L'EST JAMAIS PAR UNE MAUVAISE NOUVELLE. S'IL EST ACCOMPAGNÉ PAR LA TENDRESSE ET LES PAROLES DE SES PARENTS , IL EN SORT TOUJOURS ENRICHI , GRANDI ET NANTI DE FORCES NOUVELLES ".

" Les mots plutôt que les maux " ...

" une dispute , un accident ,une maladie , un échec , une mort , un divorce ...l'enfant se sent toujours coupable . Ramenez la paix dans son coeur avec des mots , des explications claires et précises ..."

tel est le message des " petits livres rouges "!




INFO !

INFO !

LE VOICI !

LE VOICI !
MAMAN METS TES LUNETTES ROSES
« Décembre 2009, le diagnostic tombe: un long combat attend notre petite chérie, nous attend. Je suis angoissée, j'ai peur...que dis-je ? je suis terrifiée!!! Dès le lendemain matin, Lili captant ma détresse, prend mon visage dans ses petites mains et me dit:
"Maman, mets tes lunettes roses, tu verras, tout ira bien "...
Cette phrase a trotté dans ma tête pendant toute l'année de soins, je m'y suis accrochée, j'y ai puisé courage et confiance. Merci Lili pour cette belle leçon de vie! Je me demande aujourd'hui si c'est moi, Maman, qui ai accompagné ma fille ou si c'est elle qui m'a portée...Aujourd'hui, tout va bien, Lili est en pleine forme. Et je garde en moi ces mots précieux qui continuent de m'accompagner au quotidien. »

L'annonce d'une affection grave touchant un enfant provoque chez ses parents et sa famille un terrible choc émotionnel .


Lili a voulu « faire savoir » son histoire dans ce petit livre rouge - le 6e de la collection - elle délivre à TOUS, parents et enfants, grands et petits, un message d'optimisme et de confiance et comme l'illustre le témoignage émouvant de sa maman, une vraie LEÇON DE VIE !

Je souhaite vivement le partager avec vous .
Merci de votre fidélité et de votre confiance.


FRAMBOISE








Une belle leçon de vie à s'offrir, à offrir, à partager !

Une belle leçon de vie à s'offrir, à offrir, à partager !

paiement PayPal ou CB

paiement PayPal ou CB

MAMAN METS TES LUNETTES ROSES -12€ + 1€ EXPÉDITION -LIVRAISON

info :

pour tout renseignement ( envoi en nombre par ex. édition de facture ou autre ), me contacter par tel . 0684868770 ou par mail : framboise.editions@orange.fr
Merci !

Ce qu'en pensent les lecteurs...

Bonjour , par ce présent message, je me permets de vous féliciter pour votre dernière œuvre " maman mets tes lunettes roses ".J'ai trouvé ce livre très touchant , je suis une ancienne champagnolaise , je suis dans la région lyonnaise car je travaille dans un groupe pharmaceutique plus précisément pour des traitements pédiatriques . Je recommande à mon entourage de commander sans tarder ce magnifique ouvrage .A posséder obligatoirement.
Je vous souhaite une bonne continuation.
Karine Chanois


Merci de tout cœur pour la livraison de ton adorable petit livre rouge ! belle leçon de vie pour nous les adultes qui quelques fois sommes désemparés devant des situations que nous ne pouvons pas maîtriser..Ton livre est vraiment joil, doux...
Sophie Maréchal


J'espère vraiment que ce petit livre rouge permettra à de nombreuses personnes d'avoir un autre regard sur les difficultés de la vie .

Je suis fière que ma fille y participe et pleine de reconnaissance envers vous qui avez toujours su nous soutenir et qui avez su écouter Lili.
La maman de LILI


J'ai beaucoup aimé ton petit livre et tiens à te féliciter les mots sont très touchants et retransposent bien le langage d' une petit fille
Félicitations et bonne semaine
Danielle H.

LES AUTRES PETITS LIVRES ROUGES sont toujours DISPONIBLES SUR CE SITE ET DANS LES LIBRAIRIES

LES AUTRES PETITS LIVRES ROUGES  sont toujours DISPONIBLES SUR CE SITE ET DANS LES LIBRAIRIES
SAUF LA PETITE FILLE QUI N'AVAIT PAS SOMMEIL - thème : secret de naissance, secret de famille -ÉPUISÉ -

le rhume de hanche; thème : le divorce* 12€+ 1€ expédition -livraison

Il est perdu mon papa ; thème : la mort d'un proche * 12€ + 1€ expédition -livraison

Mon nom de famille ; thème : connaitre ses origines ,* 12€ + 1€ expédition -livraison

La maison de papa ; thème : le déménagement * 12€ + 1€ expédition -livraison

dimanche 2 avril 2017

DIS-MOI POURQUOI ?? FAUT IL PARLER AUX ENFANTS ? FAUT -IL RÉPONDRE À LEURS QUESTIONS ? FAUT-IL PARLER VRAI ? PARLER À HAUTEUR D'ENFANT AVEC CLAUDE HALMOS .


                               FAUT IL PARLER AUX ENFANTS ? FAUT-IL RÉPONDRE À LEURS QUESTIONS ? FAUT-IL PARLER VRAI ?

° OUI  BIEN SÛR!
En effet , écouter les enfants , les informer , dialoguer avec eux  EST  DÉSORMAIS une évidence ressassée à longueur de livres , d'émissions, de magazines .
° Alors , LE combat de la parole EST -IL DONC définitivement gagné ? Plus de « on ne parle pas de ça » , « tu le sauras quand tu seras plus grand » ou encore « ce n'est pas de ton âge » ??? illusion , il est loin de l'être !

car parler aux enfants est une  tâche d'une grande complexité parce que leur parler vraiment , avoir avec eux un véritable dialogue implique de pouvoir les considérer comme des personnes sensées , respectables et capables de comprendre ce qu'on leur dit , sans pour autant les prendre
 ( et surtout leur permettre de se prendre ) pour des adultes.
° cela implique une nouvelle conception de l'enfance et de l'enfant : l'enfance considérée comme un temps durant lequel l'être humain se construit sur le plan physique et psychique ; l'enfant considéré comme une personne à part entière à égalité d'être avec l'adulte , dont le désir a la même légitimité que l'adulte et sa parole la même valeur que la sienne....
L'enfant  est posé comme un être à part entière , avec les droits que cela suppose ( droit à la parole, à l'écoute et au respect ) mais défini aussi comme un enfant c'est-à dire un être en construction qui a besoin -et c'est pour lui, vital – que des adultes l'éduquent ...d'où l'extrême difficulté !
Ce dialogue -qui ne doit pas être " du semblant " suppose que l'enfance soit considérée , non pas comme un simple temps de voyage vers l'âge adulte -mais comme une durée , un état consistant et complexe qui mérite d'être pris en compte .


Cette conception est aujourd'hui possible car c'est le fruit d'une très longue évolution de nos sociétés , voire même une révolution !
° jusqu'au 18 e s., l'idée d'enfance n'existe pas : pas d'amour entre parents et enfants , seule compte l'autorité du père , l'enfant est  souvent envoyé en nourrice dès sa naissance …
° le 2e tiers du 18e s. marque un changement considérable , nait alors la notion d'amour maternel ; une nouvelle image de l'enfant  vu comme un être immature qui a besoin de l'éducation et de la protection des adultes : le lien parents-enfants est valorisé et l'émergence de l'amour pour l'enfant  marque dans la société un tournant fondamental ; apparaissent le souci d'éducation et le souci du corps de l'enfant : on ne dresse plus les enfants  , on les éduque .
° le 19e s. voit apparaitre la notion d'enfance : la vie familiale s'organise autour des enfants  ; ceux-ci sont moins nombreux ,  la puériculture et la  pédiatrie scientifique font leur apparition ; 1er service de pédiatrie , 1ère  crèche , 1ère école maternelle , 1ères méthodes pédagogiques , 1882 : Jules Ferry rend l'école obligatoire pour les 6-13 ans : tout cela marque un progrès colossal !
°le  20e s. marque la révolution de l'enfance ; l'enfant devient un personnage qui compte ; contraception , légalisation de l'avortement , accouchement sans douleur , protection sociale , innovations techniques ; psychologie et médecine explorent la phase des 0 à 3 ans , nourrisson et fœtus ; les psychologues entrent en crèche, une justice spéciale "mineur" voit le jour en 1945 .
° le changement majeur intervient dans  la seconde partie du 20e s. ; grâce à Françoise Dolto , l'enf devient une personne et ce , dès son plus jeune âge . A partir de là , prenant conscience de leurs douleurs passées , les adultes commencent à regarder autrement leur enfance , leurs enfants  et les enfants  des autres : ils cessent de considérer leurs dessins  comme de simples gribouillis sans importance , ils acceptent de créditer leurs propos d'un sens , ils les écoutent autrement , ils leur parlent ; l'image de l'enfant  se transforme .
° on croit qu'elle ne sera plus jamais comme avant : on se trompe ! Le 21e s. voit apparaitre à nouveau  l'enfant en danger! Alors que la présence psy massive et médiatique , l'idée même de l'enfant est  menacée : l'idée d' enfance entendue comme temps de construction de l'être humain est aujourd'hui niée :une grande partie de la psychiatrie pose sur les enfants  des diagnostics d'adultes : ex: un enfant  de 3 ans -qui perd son envie et son goût de vivre du fait de problèmes  relationnels que l'on pourrait en travaillant avec ses parents aisément repérer et soigner , est déclaré dépressif et soigné comme tel ; cette même psychiatrie refuse de considérer les difficultés des enfants  comme des ratés réparables de leur construction  et y voient des déficiences constitutionnelles ; l'enfant  qui ne tient pas en place par ex . parce que ses parents , prisonniers de leur propre histoire , n'ont pas pu lui signifier sa place , est déclaré hyperactif ( nouvelle maladie du siècle ) -parfois étiqueté "TDA/H " soit trouble déficit de l'attention -hyperactivité " ..."calmé " artificiellement par des médicaments qui ne règlent rien et dont on ignore l'effet à long terme .
Des scientifiques prétendent déceler chez des enfants  de 2 ou 3 ans des tendances constitutionnelles  qui feraient d'eux des voleurs ou des violeurs de demain ..et la justice des mineurs est aujourd'hui vouée à la destruction par des politiques prônant l'élaboration d'un code pénal permettant de les juger comme des adultes …
Tout cela laisse entendre ( de même que certains discours anti Dolto ) le retour à l'enfant adulte miniature ...un temps où il n'était pas question de le considérer comme un être à part entière ,où il ne pouvait pas être question entre l'adulte et lui de parole ...la bête noire de ces nouveaux pères Fouettard : c'est la parole ! celle que l'adulte peut dire à l'enfant et qu'ils refusent car elle amoindrit , disent-ils, le pouvoir absolu que cet adulte se doit d'avoir sur lui ...et aussi la parole que l'enfant peut en retour lui dire .Ils redoutent l'enfant  qui parle , car il peut dire la vérité ...celle qui déstabilise .L'enfant  qui parle dérange , il dérange l'ordre établi .
D'après ces pères Fouettard , l'enfant doit donc obéir et se taire ...pour son bien !
Des propos très inquiétants qui trouvent écho chez des politiques qui préconisent de ne pas écouter , de ne pas comprendre ni de laisser parler les enf , les ados mais de s'en tenir à sévir et à sanctionner .
Dès lors , si la nécessité de parler aux enfants fut autrefois une découverte , elle est aujourd'hui pour ceux qui n'entendent nier ni la construction psychique de l'être humain ni la notion d'enfance , un combat ...qu'il est urgent de mener ! 



ALORS PARLER AUX ENFANTS : DE QUOI ET COMMENT ?

Parler aux enfants suppose de définir un cadre: cadre qui revient à se rappeler ( et à leur rappeler ) leur place : l'enfant -être à part entière -comme le promeut F.Dolto – a des droits mais pas tous les droits ...et aussi des devoirs: respecter les lois du monde que ses parents ont le devoir de lui enseigner .Et si elle a posé la nécessité de parler aux enfants , elle a aussi posé la nécessité de "leur rabattre le caquet " quand ils prétendent discuter de tout et d'abord de ce qui ne les concerne pas !  

Un enfant doit avoir une place , il ne doit pas avoir toute la place ; d'où la nécessité de savoir , quand il le faut , le "remettre à sa place " ( d'enfant) .
Il ne s'agit pas de parler de tout avec les enfants ; les adultes n'ont pas à tout leur dire mais seulement ce qui les concerne directement .
 😀Quelles sont donc , dans la vie d'un enfant , les choses dont on peut affirmer qu'elles le concernent directement ?
1. l'enfant a besoin d'être informé de ce qui concerne sa personne : sa conception , sa naissance, son histoire depuis qu'il est né: il a besoin de savoir comment il est arrivé sur terre, si ses parents qui l'élèvent sont ceux qui l'ont conçu ( ou adoption , FIV, procréation médicalement assistée ) parce que de toute façon , il connait toujours ( du fait d'une communication entre son inconscient et celui de ses parents ) inconsciemment son histoire ..d'où symptômes , langage du corps pour révéler sa souffrance si on l'empêche de la connaître consciemment ou si on lui cache la réalité .
    IL est essentiel aussi de parler du désir pour lui donner un point d'appui essentiel à la  construction d'une image valorisée de lui-même .
    Parler aussi de la grossesse : 1e vie antérieure de l'enfant  dont il   garde la mémoire inscrite dans son corps et ses émotions . En lui  parlant de cette période , de ce qu'ils ont vécu , les parents lui  permettent de relier cette mémoire corporelle émotionnelle à     l'univers des mots , de la parole, au langage et de tisser ainsi un  fil qui le reliant à lui-même donnera consistance au "je " ,     véritable colonne vertébrale psychique .
Ref : le 1e petit livre rouge de FRAMBOISE : la petite fille qui n'avait pas sommeil.

 
                   
2.l'enfant a besoin de connaître son identité , sa filiation , l'histoire des 2 lignées dont il est issu : cela lui appartient ; à ce titre refuser à un enfant le droit de savoir qui est son géniteur ou sa génitrice , lui refuser leur identité , est un vol.
 un enfant doit pouvoir connaître ce qui s'est passé aux différentes générations des 2 lignées dont il est issu ( évènements importants ) il doit être en mesure de dessiner son arbre généalogique et il ne doit rien ignorer de sa fratrie ( si par ex. un enfant est mort avant lui , il doit le savoir -là encore , il sait inconsciemment et se trouve chargé d'un lourd silence à porter si on ne lui dit pas la vérité .)

Ref: le 4e petit livre rouge : mon nom de famille.

 

3. l'enfant doit être informé de ce qui arrive à ses proches -évènements heureux ou malheureux -:

de leurs maladies quand elles sont graves : l'enfant ressent angoisse, anxiété , inquiétude et privé d'explications , il se sent responsable (surtout à l'âge de la pensée magique : où il imagine que penser à une chose suffit pour qu'elle arrive ) 


de leur mort : il doit en être informé dès qu'elle survient ( là aussi il a un profond ressenti inconscient ) .Ne pas dire la vérité à un enfant , qui de toute façon la sait, c'est le mettre en porte-à faux avec lui-même et créer ainsi chez lui une forte angoisse , c'est aussi commettre un vol : la tromperie engendre l'insécurité pour longtemps .L'enfant  informé est doté du droit d'avoir du chagrin , d'en parler et de le partager avec les autres : il se sent reconnu .Un enfant  s'il peut être traumatisé par le mensonge et  le non-dit ne l'est jamais par une mauvaise nouvelle .S'il est accompagné et aidé par la tendresse et les paroles de ses parents , il en sort toujours enrichi , grandi et nanti de forces nouvelles . 

 La toussaint peut par ex.susciter des questions sur la mort ...questions qui "embarrassent " beaucoup les adultes , la mort restant un sujet tabou ! vous trouverez des éléments de réponses dans le petit livre rouge :
 "il est perdu mon papa "...
un conseil : surtout parlez "vrai " , utilisez les "vrais mots" , attention l'enfant vous croit au pied de la lettre , donc ne le trompez-pas : dites la vérité ou quelque chose qui est sur le chemin de la vérité ....
 
De la perte in utero ou à la naissance d'un frère ou d'une sœur ; avortement ,fausse couche , mort in utero ou à la naissance ..) d'un enfant qui aurait pu être son frère ou sa sœur ( et qui l'a été même  s'il n'a vécu que quelques heures) ; là encore , c'est prendre en compte le ressenti -inconscient – de l'enfant , qui privé d'informations et  animé par la pensée magique , peut tout imaginer ...Lui parler est donc indispensable pour le ramener à la réalité et le rassurer.
Ref :3e petit livre rouge :il est perdu mon papa
et 1e :la petite fille qui n'avait pas sommeil

 
4. l'enfant doit savoir la vérité sur sa maladie -aussi grave soit -elle : il est important que les parents disent la vérité à l'enfant sur l'épreuve qu'il traverse en adaptant ses mots à son âge; c'est un témoignage de confiance et de soutien qui lui permet d'utiliser toute son énergie à lutter contre la maladie ...en témoigne l'émouvante leçon de vie de LILI dans le 6e petit livre rouge :livre rouge : 

MAMAN METS TES LUNETTES ROSES 
 
5..l'enfant doit être informé des changements qui vont modifier sa vie :

un déménagement : qui est un événement toujours  difficile à vivre pour lui , il éprouve de l'inquiétude à quitter son univers familier -expliquer ce qu'il va quitter mais aussi ce qu'il va trouver : il a besoin qu'on lui rappelle que les liens qui l'unissent à son univers sont des liens qu'il a su construire .Partir est toujours  difficile mais ce peut être aussi un moyen de renaître ailleurs : l'enfant  ne le sait pas , il a besoin que l'adulte lui apprenne.
Ref : le 5e petit livre rouge : la maison de papa

 

l'arrivée d'un nouvel enfant :l'enfant  perçoit très tôt que sa mère est enceinte : ses parents dès qu'ils se sentent prêts à lui parler de cette grossesse doivent donc lui annoncer et le rassurer ( des explications sur la sexualité sont nécessaires pour lui permettre de comprendre comment ce bébé est arrivé là ).Connaitre la vérité est rassurant et structurant pour l'enfant: ainsi il peut comprendre que le monde n'est pas un univers magique et mystérieux  dans lequel tout-et le meilleur comme le pire -pourrait à tout moment arriver .
L'enfant a besoin de savoir que le bébé à venir ne prendra pas sa place dans le cœur de ses parents et ne lui prendra pas la place d'aîné , car il imagine souvent que son frère ou sa sœur va non seulement lui voler l'affection des parents mais le rattraper voire même le dépasser ! Il a besoin d'apprendre que s'il lui sera toujours interdit de faire du mal au bébé ( ce qui le rassure sur ses pulsions ) il ne sera en aucun cas obligé de l'aimer et pourra même le détester ….ce qui lui signifiera qu'on n'a pas à craindre ce que l'on éprouve et encore moins à s'en sentir coupable .

le divorce : l'informer le plus vite possible car c'est un événement qui va bouleverser sa vie mais garder à l'esprit la question de sa place : en effet , essentiel de le rappeler : l'enfant ne doit pas tout savoir du divorce de ses parents ; il doit savoir que son père et sa mère se séparent non pas en tant que parents ( qu'ils resteront toujours  et s'occuperont toujours de son éducation ) mais en tant que mari et femme .Ces amoureux se sont aimés et il est né de cet amour .Ils se  séparent parce qu'ils ne s'aiment plus assez en tant que couple pour vivre ensemble ( l'enfant  doit savoir que l'amour qu'un homme ou  une femme éprouve pour ses enfants est un amour pour la vie mais l'amour entre amoureux - comme l'amitié - peut ne pas durer toujours  ).L'enfant  doit apprendre aussi que les adultes ne peuvent pas être heureux en vivant seulement avec leurs enfants : ils ont besoin de partager leur vie avec d'autres adultes .Important également de dire à l'enfant  qu'il n'est pas autorisé à remplacer le conjoint "manquant" , ni à consoler celui qui reste seul (e) .
L'enfant doit apprendre que le divorce n'est pas une guerre dans laquelle chacun des parents peut se battre pour obtenir sa garde , qu'il y a des avocats et un juge qui vont les aider à trouver les meilleures solutions pour le protéger .
L'enfant doit être informé sur sa vie future après le divorce car il est bon qu'il commence à se la représenter pour l'apprivoiser ; une fois ces infos données , les parents n'ont plus rien à expliquer : ce que l'enfant doit savoir du divorce s'arrête là : pas d'infos sur  les dissensions du couple , de confidences etc: l'enfant doit savoir qu'on ne répondra pas à ses questions dans ce domaine ...une telle limite est essentielle car l'expérience prouve que c'est cette sortie de leur place -les privant de tous repères -plus que le divorce qui les fait déraper .
Ref ; le 2e petit livre rouge : le rhume de hanche .

 
6. L'enfant doit être informé du fonctionnement du monde: 

le monde et la vie .
-informations sur la sexualité ( différence des sexes, conception des enfants, grossesse , accouchement .etc ) ainsi il sait d'où il vient et où il va et comprend les évènements qui surviennent dans sa vie ( nouvel enfant , divorce …) .
-Important aussi qu'on lui permette de comprendre ce qui l'entoure : les saisons, la journée, la nuit, les phénomènes climatiques = des mystères dont on doit lui expliquer les causes ou l'aider à les chercher dans les livres ou sur internet ...cela éveillera  son intelligence: cette offre de savoir qui n'est pas comme celui de l'école , un savoir imposé mais un savoir acquis pour le plaisir , en compagnie d'un adulte aimé , développe sa curiosité et l'ouvre à la connaissance ; d'où la nécessité de toujours répondre à ses questionnements , si indifférence de l'adulte ou indisposition ou dérangement, l'enfant ne pose plus de questions et bloque son intelligence .( on tue ainsi sa créativité et sa curiosité )


7. l'enfant a besoin d'être informé des lois du monde : lois du monde, interdits qu'il ne peut connaître que si on lui apprend, leur sens , la nécessité de les respecter , ce qu'il risque s'il les transgresse : cet apport parental est indispensable pour qu'il devienne un être civilisé , capable de vivre au milieu des autres et devenir un adulte heureux . Si des faits marquants ( crimes , agressions sexuelles visant des adultes ou des enfants  …) surviennent et mobilisent les médias , il esr important d'en parler avec l'enfant  , de s'informer de ce qu'il sait , de ce qu'il pense, des questions qu'il se pose , de lui donner des informations nécessaires à sa compréhension ; viol : acte sexuel imposé à un(e) partenaire sans tenir compte de son désir ; pédophilie: fait d'hommes ou de femmes qui transgressent l'interdit de la sexualité entre adultes et enf ; inceste : transgression de l'interdit de la sexualité entre membres d'une même famille.
-Il est Important de lui dire que ces faits -commis par des adultes ou des enfants plus grands qui n'ont pas été éduqués -sont sévèrement punis par la loi et que tout enfant s'il est convenablement informé et prudent peut les éviter .


*** comment parler ?
° pas de mode d'emploi ni de "bonne façon " de dire :chacun parle comme il le peut avec les mots qui lui viennent , même si ces mots ne lui semblent pas être à la hauteur de ce qu'il aurait souhaité , même si ces mots lui semblent inadaptés ou maladroits ; peu importe , car l'enfant n'a que faire du « bien parler » : la seule chose qui compte pour lui , c'est que ses parents lui parlent , qu'ils prennent la peine de lui parler

° l'enfant à qui ses parents parlent , les entend en effet toujours au-delà des mots qu'ils énoncent et de leur signification : à travers leurs paroles, il entend leur amour et le souci qu'ils ont de lui : alors il se sent reconnu , épaulé , soutenu .

° l'enfant  n'entend jamais vraiment ce qu'on croit lui avoir dit : il le traduit dans sa langue , sa sensibilité , son vécu d'enfant. Mieux vaut chercher à repérer ce qu'il a compris en poursuivant le dialogue , sur le moment ou plus tard .

° Beaucoup de  parents craignent , lorsqu'ils parlent aux enf , de montrer leur émotion : ils ont tort car il est impossible de ne pas la montrer et la cacher aux enfants n'aurait aucun sens . Cela leur permet  de comprendre qu'il est normal d'éprouver des émotions , que les émotions sont normales , que la tristesse est normale et que même les grandes personnes -qui lui  semblent tellement puissantes- peuvent être tristes et pleurer .Voir ses parents émus et bouleversés lui montre qu'il n'a pas à avoir honte de ses émotions , de ses difficultés , de ses chagrins ni à les cacher, qu'il peut , au contraire , sans crainte , en parler .C'est l'éducation émotionnelle indispensable à leur enseigner dès leur plus jeune âge !

° l'inquiétude des parents devant l'attitude de l'enfant est perceptible  -lorsqu'ils lui parlent d'un problème important -: si l'enfant continue de  jouer, chantonne, fait du bruit etc ...comme s'il n'était pas concerné , intéressé , comme s'il n'écoutait pas : erreur! C'est en général quand un enfant semble le plus inattentif qu'il écoute avec le plus d'attention ; son agitation n'est pas un manque d'intérêt , mais au contraire le signe qu'il a complétement compris l'importance du sujet abordé et qu'il se protège en restant actif , d'une angoisse dont il sent qu'elle pourrait l'envahir mais qu'il va progressivement dépasser.

ª à partir de quel âge peut-on parler à l'enfant ?

° à partir de la 1e seconde de sa vie ...donc de sa conception car même si nous ne savons pas par quelles voies mystérieuses ils le comprennent , l'expérience prouve que les bébés-même in utero - comprennent ce qu'on leur dit ( des preuves sont apportées chaque jour par la psychanalyse ) ; là encore pas de façons particulières de leur parler ni de langue de bébé ; un bébé a besoin qu'on lui parle comme on le sent avec les mots qui viennent et parce que ses parents se seront ainsi risqués à la parole, il pourra aussi trouver un jour les mots pour dire .
° parler comme on le peut signifie t-il parler n'importe comment ? non bien sûr! Les parents n'ont pas à parler à leur enfant à tort et à travers , de tout et de n'importe quoi ; par ex. un enfant n'a pas à être pour ses parents un déversoir pour leurs paroles en souffrance .

° il faut surtout , avant de lui parler , l'écouter ; savoir ce qu'il sait sur le sujet qui le préoccupe , ce qu'il a appris ou imaginé permet à l'adulte de partir de là pour le faire avancer dans sa compréhension ou si nécessaire le détromper : ainsi un véritable dialogue s'installe.

° parler à un enfant suppose de tenir compte aussi de son âge ; on ne parle pas à un petit comme à un ado, il faut respecter sa sensibilité , sa fragilité : il faut lui dire la vérité sans la travestir mais en le ménageant et la dire sans prêter à la création d'images violentes ou effrayantes , ou érotisables ( par ex , parler de la sexualité avec pudeur )

° attention à la violence des mots : les mots ont d'infinis pouvoirs , ils peuvent guérir mais aussi blesser , ils peuvent donner la vie ou tuer : tuer l'envie , le désir , l'image de soi , la volonté de vivre :si le  pouvoir de la parole est avéré pour l'adulte ,il doit l'être encore plus pour l'enfant.

° parler n'est pas de la «parlotte» : on ne dit pas à la place de faire .Par ex si on dit à l'enfant : « si tu recommences , tu seras puni » , il faut s'exécuter : on tient parole , on respecte la parole dite , la parole donnée , on prouve ainsi à l'enfant  que les mots ont un sens. Un monde dans lequel l'enfant  ne peut pas compter sur les mots est un monde vide de sens et donc angoissant ; ne pouvant se fier aux mots , il ne peut pas non plus se fier aux adultes qui les énoncent : il se retrouve donc solitaire et sans appui .

° lorsque l'enfant est trop petit ou qu'il ne peut pas s'exprimer avec des mots , il convient d'être très attentif au langage du corps ( comportements , maladies …) : entendre ces messages , tenter de les comprendre , les prendre en compte , en tout cas montrer à l'enfant que l'on y est attentif .
Ref : la collection des petits livres rouges .À découvrir sur ce blog ! 

 
😍 alors cette parole à hauteur d'enfant ?
 ° certes c'est déjà un formidable progrès: ne serait-ce que la preuve donnée par  l'existence d' une véritable littérature pour les enfants .

°mais ce n'est  pas encore ( vraiment ou pas assez souvent) une parole à part entière qui leur soit destinée : on leur parle tantôt en les mettant sur un piédestal , en leur permettant de se mêler de tout , en leur donnant l'illusion jouissive et destructrice de dominer de toute leur hauteur le monde ...tantôt d'une façon que l'on croit adaptée à leur âge mais qui n' est en fait que mièvre et condescendante...parce que l'adulte , que sa taille oblige à se baisser pour mettre son corps à la hauteur de celui de l'enfant  semble en profiter pour abaisser aussi le niveau de son propos , ainsi il rabaisse l'enfant  et l'humilie , rendant tout dialogue impossible ( forme de mépris inconscient , souvent subi dans leur propre enfance ) .


 

°  COMMENT PARLER OU ESSAYER DE PARLER « À HAUTEUR D'ENFANT » ?
en s'adressant à eux ni comme à des mini -adultes ni comme à des sous-adultes , mais tout en les situant clairement à leur place d'enfant , de leur parler à hauteur de leur compréhension , qui est toujours  beaucoup plus élevée qu'on ne le croit .
-en prenant conscience de la complexité du raisonnement des enfants , sa richesse, sa singularité , son originalité , le rapport qu'ils ont aux ambiguïtés de la langue ( ex. pourquoi mon grand frère il est plus petit que moi ? »
en se convaincant de notre capacité à écouter les enfants  et à leur répondre, simplement en acceptant de prendre leurs questions au sérieux et de se laisser toucher par elles , en permettant à ces questions d'atteindre l'enfant  que nous avons été et le besoin éperdu que cet enfant  comme tous les autres , avait alors des mots des grands Entendre les enfants  est toujours pour un adulte une façon de faire entendre sa propre enfance , de rendre justice à l'enfant qu'il a été .


° Dans certaines familles , il existe des difficultés à parler et aussi des difficultés à écouter ..
°serait-ce dû à la rareté des questions des enfants  ?? non , bien sûr car tous les enfants  posent des questions , tout le temps et toutes sont importantes mais ne sont peut-être pas reconnues comme telles par les adultes ( qui refusant l'idée selon laquelle , émises dans une langue qui n'est pas forcément la leur et proportionnelles à la taille des enf ants ) ceux-ci acceptent de les prendre en compte...
° cette prise en compte de la personne de l'enfant  , sa prise en compte comme être à part entière sont encore très difficiles ; dans la réalité du quotidien , l'adulte ne se met encore pas autant qu'il le faudrait à leur écoute .

NOUS DEVONS NOUS Y EMPLOYER ....

@ le livre référent : Dis- moi pourquoi .Parler à hauteur d'enfant -Claude Halmos .Ed.Fayard 2012
les petits livres rouges de Framboise .


vendredi 3 mars 2017

LES COMPLEXES DES ENFANTS : COMMENT FAIRE FACE À LEUR MAL-ÊTRE , LEURS MALAISES PHYSIQUES ET PSYCHOLOGIQUES ?




* Constat : à peine sortis de l'âge tendre , de plus en plus de garçons et filles sont en proie aux doutes : ils souffrent de malaises précoces , physiques et psychologiques qui désarment les parents ....ILS DOUTENT D'EUX , ILS PERDENT CONFIANCE EN EUX ET DEVIENNENT DES CIBLES OU DES PROIES FACILES POUR LES HARCELEURS ...OU HARCELEUSES ! 
Récemment une lycéenne- harcelée par les élèves de sa classe car elle avait de trop bonnes notes- a mis fin à ses jours ...
 
😕 Comment s'y retrouver ?

Stressés à l'idée de ne pas être assez ou d'être trop : pas assez mince, pas assez beau , trop petit , trop gros , pas ou trop intelligent ...( complexes classiques  ) ; dès 8 ans , certains enfants   d'aujourd'hui sont " mal dans leur  peau. "
ils souffrent même de complexes nouveaux , souvent insoupçonnés des parents . Par ex. complexe de passer aux yeux des copains pour un « intellectuel « : complexe moderne très fréquent chez les ados .

* Généralement les complexes ( sentiments de dévalorisation ) sont révélateurs de la tendance des enfants ( et des parents ) à se comparer ; s'ajoutent un déficit de confiance en soi et une peur de l'échec .

* « C'est un sentiment de dévalorisation que l'on «  accroche «  à une cause précise : son physique , ses origines sociales , son manque supposé de culture etc..Dans tous les cas, on se focalise sur un élément auquel on attribue cette impression de dévalorisation » Claude Halmos .
« Le complexe ne correspond donc pas à une réalité , la cause du complexe est imaginaire ; on a un sentiment global de malaise dont on ignore la nature et l'origine , et on l'accroche à une bonne raison ..du coup , cela fait moins peur »

 
😍 L'IDÉE EST DONC DANS UN 1er TEMPS DE DISTINGUER L'INTERPRÉTATION DE LA RÉALITÉ ( SOIT DE CESSER DE JUGER POUR SIMPLEMENT OBSERVER ) PUIS D'ORIENTER L'ENFANT  VERS UNE COMMUNICATION INTERNE ET EXTERNE POSITIVE .
1. distinguer l'interprétation de la réalité : « qu'est-ce qui te fait dire que tu es gros/ petit / laid / nul ? Si tu es d'accord , nous allons jouer les enquêteurs et lister les preuves de ce que tu penses »...prendre une feuille , écrivez le poids , la taille (et l'IMC -indice masse corporelle ) , les réussites de votre enfant ,le nombre de ses amis présents et passés etc..lui montrer aussi les photos d'événements joyeux
Astuce qui fonctionne  aussi très bien pour faire oublier les complexes : la liste de «  tout ce que tu sais faire «

2. reformuler systématiquement:« Tu penses que tu es gros » pour lui faire comprendre qu'il s'agit d'un jugement et non de la réalité .

3. rassurer sur les sentiments : « je t'aime parce que tu es toi » « je t'aimerai toujours» « je vais te citer toutes les personnes qui t'aiment »

4. être humain : « les défauts et les faiblesses sont communs à tous les êtres humains .La perfection n'existe pas »

5. réorienter la comparaison et jouer sur l'humour:« tu te sens gros par rapport à Paul ? Ok . Voyons d'autres comparaisons : un éléphant est-il plus gros qu'une baleine ? Paul est -il plus gros qu'une fourmi ? »

6. jouer sur l'empathie et la dissociation :
« Julie te trouve plus belle qu'elle et ça a l'air de la rendre malheureuse . Que pourrais-tu lui dire pour qu'elle se sente mieux ? »

7. le choix de penser et d'adopter une perspective : « tu peux choisir de penser que tu es grosse . Tu peux aussi choisir de penser que tu es bien dans ta peau .que préfères -tu?»

8. le grand puzzle : « nous sommes comme un grand puzzle fait de nos qualités et nos défauts .Si tu regardes tes défauts , il te manque plus de la moitié du puzzle »

9. l'espoir de changer et l'émergence des solutions :
« tu te sens laide pour le moment ...mais ça n'était pas le cas avant et ce ne sera pas le cas demain ou plus tard . » « quelles actions pourrais-tu mener pour  te sentir mieux dans ta peau?»

10. les qualités : « tu envies Anaïs ? Qu'est-ce que tu admires chez elle ? Sais-tu que ce que nous aimons chez les autres , nous l'avons déjà en nous ? »

11. Réconcilier l'enfant avec son image via la photo 
: confiez-lui votre appareil photo et demandez – lui de vous prendre en photo : en posant naturel et en faisant des grimaces ...visionnez ces photos et démontrez -lui :
° qu'une personne peut revêtir des visages plus ou moins attrayants en fonction des cadrages , de la lumière …
° qu'un sourire éclaire tous les visages
° qu'on peut passer d'un état à l'autre en un clignement d'œil !
Ensuite faites de même avec votre enfant en jouant vous-même le photographe , invitez -le à prendre plusieurs poses et mimiques : visionnez les photos et discutez avec lui de ce qu'il ressent : gardez les photos qu'ils préfèrent auxquelles il se référera mentalement lorsqu'il doutera de lui .

12. L'aider à surmonter les jugements d'autrui:« Quand tu te sens attaqué oralement par une moquerie par ex , prends une longue inspiration puis souris . Regarde ton interlocuteur dans les yeux et dis-lui : « c'est ton avis .merci de l'avoir partagé »

13. L'entraîner à l'observer plutôt que juger : « quand nous jugeons, nous nous attendons à être jugé .Donc il est malin de ne plus juger et de simplement observer »

14. Apprivoiser la peur de l'échec 
: adopter les slogans : « tout est expérience » « chaque échec est un apprentissage »  « tu as le droit de te tromper » « je ne perds jamais , quand je ne réussis pas j'apprends »
jouer en famille : les erreurs du jour ...autour de la  table , chacun exprime une ou plusieurs erreur( s ) du jour et ce qu'il en a appris.Si l'un des joueurs ne trouve pas d'enseignement ou d'interprétation positive , les autres peuvent l'y aider ..ces échanges démystifient l'échec et permettent d'adopter différentes perspectives .
Autre point fort de cet exercice : s'entraîner à raconter une histoire et à poser des mots sur les émotions : donne du sens aux pensées et calme les ruminations mentales et les autocritiques .



FAIRE FACE À  LA DICTATURE DU GROUPE : «  ne pas se prendre la tête », « ne pas se la jouer » : sont des sésames pour appartenir au groupe .Le sport mis à part , les autres activités sont mal vues .La dissimulation devient alors pour l'enfant une stratégie lui évitant d'être rejeté .
Ex : ce garçon qui ne voulait pas que ses copains sachent qu'il jouait du piano , il ne voulait pas passer pour « un intello «  à leurs yeux …
« Depuis une vingtaine d'années , les 8-12 ans sont des cibles captives pour l'économie , constate Alain Héril , psychothérapeute . A un âge où ils ont besoin d'appartenir à un groupe pour se démarquer peu à peu de leur famille , la société les coince en envoyant des messages redoutables : s'ils n'ont pas tel look , s'ils n'écoutent pas telle musique , ils seront exclus .D'où chez les enfants  un désir beaucoup plus puissant qu'autrefois de vouloir être comme les autres .Dès qu'ils ont l'impression de ne pas être dans la norme , ils développent un complexe .Ces diktats implacables rendent de plus en plus nécessaire et difficile la tâche des parents »

 
 

FAIRE DE SA DIFFÉRENCE UN ATOUT : Alors quelle solution ? Leur faire comprendre que leurs différences font aussi leurs qualités , et leur proposer des modèles autres que ceux véhiculés par la télévision , les magazines ou les copains de l'école .
Pour que ces messages passent, les parents doivent d'abord intégrer que le groupe est plus fort qu'eux , ils doivent saisir ses codes et ses références .Dès lors , ils pourront alors expliquer qu'il est légitime d'appartenir à un collectif , mais au prix de perdre sa personnalité .C'est souvent là que réside la difficulté : certains enfants  sont incapables de dire non à un ami ou au groupe .
S'affirmer est vécu comme un risque de séparation intolérable : inutile d'insister ; mieux vaut accepter de taire la passion de son fils pour le piano que de provoquer une crise.
EX : à 11 ans , Hector est le plus petit des garçons de sa classe . Un jour , il rentre de l'école en hurlant qu'il n'y retournerait pas parce que ses camarades se moquent de lui . Première réaction des parents : prendre en compte sa souffrance en consultant un médecin ; suite à une radio permettant d'évaluer sa taille adulte:1,65m   , Hector déprimé fugue . C'est le père d'Hector qui a su trouver les mots justes : « tu n'es pas trop petit , tu es petit , ce n'est pas pareil .Tu es un sportif : pense à Jérôme Thomas ce boxeur poids plume qui a un bras plus court que l'autre , ça ne l'empêche pas d'être un athlète de haut niveau , s'il a été  plus pugnace que les autres , c'est ainsi grâce à cette différence .» Faire ainsi comprendre que l'apparence n'est pas tout et que les qualités intérieures sont plus importantes que quelques cms de plus !
° quand les enfants se voient différents , « hors normes «  , l'erreur à éviter est de  leur demander trop d'efforts ou de minimiser leur malaise ; au contraire , les rassurer en leur expliquant que nous avons tous rêvé d'être un peu différent de ce que nous sommes et c'est justement dans cette différence que nous devons trouver l'énergie pour nous construire .
° « c'est entre l'âge de 8 à 12 ans que l'enf doit apprendre à gérer la frustration, rappelle Alain Heril, psychothérapeute , sinon plus tard il sera incapable d'être en phase avec ses vrais désirs et les confondra avec les modèles proposés par la société » 

 
 

COMMENT NAISSENT DES COMPLEXES ?
- Claude Halmos : « le sentiment de dévalorisation s'installe très tôt, dès le début de la vie  , il dépend de la place que l'on a dans sa famille et du regard que les parents portent sur eux-mêmes » : « nos complexes dépendent de la façon dont nous avons été accueillis et surtout  considérés par nos parents . Savoir qu'on a été , à notre naissance , une source de joie pour nos géniteurs est , pour chacun de nous , la base du sentiment qu'on aura de notre valeur »...compliqué ! 

En effet , dit  Françoise Dolto  les  parents subissent toujours , à la naissance de leur enfant , une « castration imaginaire « : faire le deuil de l'enfant imaginé pendant la grossesse : la réalité n'est jamais semblable au rêve ...en particulier face au sexe de cet enfant : Ex : une femme malheureuse de sa féminité peut ne pas supporter d'avoir une fille : le bébé le sent et peut se sentir coupable à vie de ne pas avoir eu le sexe qui aurait contenté sa mère ...Egalement il faut tenir compte de la place inconsciente que les parents donnent à l'enfant ..par ex si celui-ci doit compenser la mort d'un autre , il peut se sentir défaillant sa vie entière . Ou le projet de vie élaboré par les parents qui va construire l'enfant en fonction de celui-ci ( l'enfant  voulant se conformer à ce que souhaitent ses parents ). 
Un livre recommandé : "DIS-MOI COMMENT TU ES NÉ , JE TE DIRAI QUI TU ES " de LISE BARTOLI ( Editions Payot psy )

- Pour Françoise Dolto : « l'image de soi s'élabore dès les premiers instants de vie » ( l'image inconsciente du corps , ed.points 2002 ).
extrait : « L'élément auditif le plus marquant va , par sa répétition , être celui de son prénom ,signifiant de son être au monde pour ses parents . Signifiant de son sexe également , car c'est la 1ère chose qu'il entend : c'est un garçon ! c'est une fille ! ...et ces paroles et les voix des familles qui l'accueillent, qui s'approchent , qui s'éloignent, et perpétuellement entendus , les phonèmes des mots « garçon «  ou « fille » accompagnés du prénom dont les parents le signifient désormais .Ce prénom et cette qualification ( de son sexe ) sont lancés par des voix animées dans la joie ou la réticence , disant la satisfaction ou non de l'entourage et nous découvrons chaque jour combien les nourrissons gardent , « engrammées «  comme des bandes magnétiques quelque part dans leur cortex , ces 1ères manifestations de joie narcissisante , déjà , ou de réticence , de peine et d'angoisse , pour eux , dénarcissisante déjà »


- aux environs de 3 ans , on voit des enfants qui restent dans leur coin sans pouvoir participer aux jeux des autres ou alors qui les intègrent pour tout démolir. : à cet âge là , on parle plutôt de timidité ; l'enfant se sent « empoté «  , il a peur des autres .
- vers 4-5 ans ,l' insatisfaction commence à se greffer sur des particularités physiques pointées par les autre enfants
- vers 7-8 ans : on commence à parler de véritable complexe physique : l'enfant cède alors à une conscience de soi qui lui permet de porter un regard critique sur son propre corps ; les complexes reposent moins sur une réelle disgrâce que sur une vulnérabilité psychologique ; les complexes surgissent chez des enfants qui ont du mal à s'aimer , auquel s'ajoute un  faisceau de circonstances ( moqueries , indisponibilité  d'un parent ..) renforçant l'enfant dans sa crainte de ne pas être « aimable . »

- pas d'âge pour se mettre à complexer 
: attention aux caps vulnérables ( adolescence ) , plus tard : ménopause , andropause , des périodes de mutation , de franchissement , des moments où l'on passe d'un palier à un autre , « est-ce que je vais y arriver ? » , ; également les périodes d'enjeu important et de pression sociale -entrée dans une grande école , période de chômage , entretien d'embauche ….périodes de fragilité .
 

QUELLE EST LA PART DE RESPONSABILITÉ DES PARENTS ?
- Part de responsabilité sans pour autant être coupable ; « c'est de leur fait et non de leur faute » affirme Françoise Dolto ...mais des comportements à éviter !
- Parfois , l'enfant a la conviction de ne pas être aimé alors qu'il l'est profondément : peut-être y a t'il eu un événement que l'on n' a pas repéré ou pas pu éviter : séparation des parents, arrivée d'un bébé ..l'enfant blessé a gardé un sentiment d'indignité qui ressurgit à travers son complexe .
- les parents sont eux-mêmes complexés et ils transmettent leur insécurité ...en le définissant selon leur propre image défaillante « il est timide comme moi » ou feront tout pour qu'il n'en hérite pas ( mise au régime alors qu »eux-mêmes souffrent de leurs rondeurs ) . 

- les complexes de l'enfant peuvent aussi provenir d'un discours parental désignant le monde comme dangereux : « ne te fais pas avoir » , « fais attention »:nait alors un sentiment d'insécurité .( parents surprotecteurs )d'où ensuite un complexe de timidité , manque de confiance ...le rôle des relations parents -enfants dans l'apparition du manque de confiance en soi n'est plus à démontrer .
- ce peut être aussi le fait des parents qui projettent leurs rêves sur leurs enfants: là où ils ont échoué , leurs enf réussiront ! Certains tiennent trop à leur rêve pour accepter l'enfant tel qu'il est ..et quand ils s'aperçoivent qu'il ne comblera pas leurs souhaits , ils en conçoivent une immense déception suivie de représailles en forme de dénigrement systématique . 

 Attention !les paroles parentales ont valeur d'oracle , l'enfant s'imagine qu'effectivement il ne vaut pas grand-chose ...d'où les inhibitions susceptibles de toucher différents domaines : amour, travail , relation à autrui , de préférence ceux fortement investis par les parents. Le psychisme de l'enfant enregistre les vœux de ses parents et effectivement , peut fabriquer des symptômes en forme d'empêchement , de blocages ou de peurs ...
- les parents qui refusent de voir  les problèmes : aider un enfant c'est être attentif aux signes d'inhibition ..ou encombrés par leurs propres problèmes et qui préfèrent ne rien voir pour se protéger psychologiquement auront tendance à nier les difficultés …
- ou encore les parents qui survalorisent leur enfant : aussi néfaste que de dévaloriser ,attitude qui fragilise car ne permet pas d'acquérir une conscience exacte de ses potentialités réelles , condamne l'enfant à se mesurer toute sa vie durant à l'image surdimensionnée que ses parents lui ont demandé d'incarner et il ne peut qu'échouer, se sentir insuffisant.
- également les parents qui «donnent des étiquettes  «  à  leur enfant : « tu es intelligent »  « tu es beau » « tu es idiot »  « tu es créatif » ...des formulations qui figent l'image que l'enfant se fait de lui-même ( de plus , l'enfant fera tout pour s'y conformer pour obéir en quelque sorte à ce que disent ses parents ) ;il est  préférable qu'il se sache doté de différentes forces qui évoluent au fil du temps .
Donc éviter les « tu es » ( mode accusateur ) au profit d'un descriptif des actes de l'enfant et en exprimant vos sentiments ( avec un « je ») :
« je vois que tu as fait tes lacets seul » « j'aime te regarder travailler » : se  concentrer sur ce qu'il fait en valorisant les efforts et intentions
- les parents qui « accusent « : les accusations comme les menaces et les cris ferment le cerveau de l'enfant ; alors l'enfant est incapable de réfléchir et se mure dans ses pensées , coupant le dialogue . Donc respirer et l'aider à grandir et à s'exprimer .
Montrer l'exemple : éviter de dire : « c'est ma faute  » car l'enfant s'appropriera cette expression , source de stress . Idem dans les disputes dans la fratrie : ne cherchez pas « le coupable « 
- également les parents qui s'auto -dévalorisent : les parents étant l'exemple à suivre ( pour les enfants ) , ne pas se dénigrer ou se dévaloriser car l'enfant vous imitera .Adopter de bons réflexes et pratiquer la bienveillance envers soi-même .

- quelque soit son physique , même avec un handicap , si l'on a eu des parents qui nous ont trouvé une valeur au-delà de ce handicap , on réussit à vivre ( le pianiste Michel Petrucciani , la comédienne Mimi Mathy …) ; la beauté est l'expression de ce que l'on a accumulé en soi comme amour et regards positifs .

- TOUTEFOIS SI UNE ENFANCE PEU PROPICE À L'ÉPANOUISSEMENT EST UN HANDICAP , ELLE EST RAREMENT UNE INFIRMITÉ DÉFINITIVE : IL RESTE TOUJOURS POSSIBLE À L'ÂGE ADULTE DE REPRENDRE EN MAIN LES CARTES DE SON DESTIN .


 

QUEL GENRE DE RÉACTIONS FAUT-IL ÉVITER FACE À UN ENFANT COMPLEXÉ ?
- EN 1ER LIEU , se garder de minimiser sa souffrance, en faisant comme si elle n'avait pas lieu d'être ( « il n'y a que toi que cela dérange » ) , on laisse l'enfant complètement abandonné à lui-même .
- en plus de souffrir de son complexe , il se sent incompris et désarmé
- s'il se plaint d'un trait qu'il partage avec son père ou sa mère , on lui complique la tâche en soulignant l'analogie pour invalider sa plainte
« regarde maman aussi elle a des taches de rousseur , c'est joli » .
- l'enfant doit pouvoir parler de lui sans crainte de vexer l'adulte : le silence est pire que la minimisation:si l'on ne peut pas évoquer à la maison ce qui alimente les quolibets de ses camarades , l'enfant imagine que ce doit être grave .
- à l'inverse , éviter de s'appesantir sur ce que l'enfant ressent comme une disgrâce . Eviter les commentaires qui stigmatisent « tu n'as vraiment pas de chance » , « mais qu'est-ce qu'on va pouvoir faire de ces cheveux-là?» , ou éviter de modifier ce qui ne doit pas l'être ( en lui enlevant ses lunettes par ex , en atténuant ses taches de rousseur avec du fond de teint etc..)


COMMENT L'AIDER À S'ACCEPTER TEL QU'IL EST ?
- d'abord en reconnaissant sa souffrance et en lui permettant d'en parler .« je vois bien que ça t'embête , tu veux m'en parler ? »
- lorsque c'est possible , essayer d'apporter des améliorations : choisir une autre paire de lunettes , opérer ses oreilles décollées …
- aussi l'aider à se défendre des moqueries «  te désigner ainsi ce sont des paroles pas gentilles , fais leur savoir »
- le plus important : lui apprendre à relativiser ce qui l'obsède : lui dire par ex  que l'on a tous quelque chose qui n'est pas comme on voudrait , que l'on a soi-même souffert de son nez , de ses cheveux frisés ...et que l'on s'est aperçu que cela ne gênait personne et que certains trouvaient même cela joli .
- lui apprendre qu'avec le temps , on apprend à transformer une différence en qualité , et à en faire justement un atout dans la vie !
- valoriser les qualités qu'il possède , le complimenter : aide à reprendre confiance en lui-
- attention à vos réflexions : dites à votre enfant que vous l'aimez tel qu'il est et montrez -le lui ! Des réflexions peuvent lui faire croire qu'il vous déçoit et ne correspond pas à l'enf que vous auriez aimé avoir !!


FAUT-IL L'EMMENER CHEZ UN PSYCHOLOGUE ?
- Les complexes sont inévitables et ne doivent pas alarmer les parents outre mesure .Sauf si l'enfant en est tellement affecté qu'il déprime , échoue dans ses apprentissages ou s'il est mis à l'écart par ses camarades ; alors il est  nécessaire de consulter pour enrayer la spirale de l'autodépréciation , du dénigrement.
- souvent en particulier à l'adolescence , le complexe sert à réguler la distance relationnelle avec les parents :comme une cicatrice drainant les demandes affectives insatisfaites de l'enfant tout en signifiant leur impuissance aux parents ; il a alors besoin de trouver une approbation dans un autre regard que le leur , il peut être temps -en douceur – de le renvoyer à lui-même « je ne peux pas arranger cela pour toi , mais tu peux t'en accommoder ou te faire aider par quelqu'un » : c'est structurant pour lui de ne pas entretenir l'idée mythique que les parents doivent tout aux enfants ou que la perfection est possible.
- « Le complexe , explique la psychanalyste Nicole Fabre , est le fruit d'une situation qui s'est complexifiée et trouve son révélateur dans une particularité physique » Pour aider les enfants à y voir plus clair dans ce qui les contrarie , elle conseille de leur lire «  contes à guérir, contes à grandir «  de Jacques Salomé ( albin michel ) des histoires tendres , créées à partir d'un symptôme , qui s'adressent directement à l'inconscient des enfants  ( et à celui des adultes ) et proposent une restauration de leur imaginaire blessé .


 

A L'ADOLESCENCE ….SE SENTIR BEAU , SE SENTIR LAID .- (Paroles pour adolescents -le complexe du homard – Françoise Dolto -Catherine Dolto -Tolitch - )
- A l'adolescence , comme un homard qui perd sa carapace , l'adolescent se retrouve dans une apparence qui change . : l' enfant se trouvait beau avec la carapace qu'il connaissait ...et à l'adolescence , on s'interroge : suis-je beau ? Suis-je laid ? Acné , trop grand, trop large , pataud ...en pleine mutation à l'intérieur comme à l'extérieur , comme un grand chantier en construction .
- pendant cette période , il est assujetti au miroir , au reflet inerte renvoyé par la glace , au reflet vivant que l'on cherche à lire dans les yeux des autres : on y guette une image idéale .
-  mais un miroir ne nous montre jamais véritablement ce que les autres voient quand ils nous regardent , car un visage ne révèle la personnalité que lorsqu'il s'anime .Mais le regard qui parle de l'intérieur est bien plus important : il ne se maquille pas .
- quelquefois , on ne sait même plus qui on est ni ce que l'on veut montrer de soi . Difficulté avec son être ( ce qu'on est ) et avec son paraître ( ce qu'on veut montrer de soi )
- les moyens de défense intérieurs que l'on avait quand on était petit sont perdus , alors on se défend par l'extérieur , le paraître , le costume .Vide intérieur compensé par le fait de se faire remarquer par les autres : on se cache derrière un LOOK .( carapace provisoire ) : goûts à soi , goût du noir ( deuil de l'enfance?) , on se construit une image idéale de soi basée sur les critères de la bande , ses modes, sa morale , ses valeurs . On se sent beau beau ou laid dans la mesure où on s'approche ou pas de cette image idéale de soi .
- suivre la mode de la bande c'est une façon de s'affirmer et de porter ce que les autres ont décidé de porter : signe de ralliement, d'intégration , bien à l'abri dans la bande : comme on ne se plaît plus, on cherche à se plaire dans le regard des autres...on est prêt pour cela à se couler dans un moule qui n'est pas fait pour soi : un moule que l'on croyait si attirant et qui peut parfois faire fuir celui ou celle que l'on voulait séduire .
- Le jeu c'est de faire avec ce que l'on a et de le mettre en valeur et de faire avec ce que l'on est et de le mettre en valeur : important d'oser se mettre en valeur en n'oubliant jamais que la beauté et le charme sont 2 choses totalement différentes .
- Le charme opère là où on ne l'attend pas , c'est précisément pour cela que l'on est toujours le moins bien placé pour mesurer celui qu'on dégage . Ce sont les autres qui en jugent les effets : le charme est naturel ( surtout ne pas le truquer ) .
- De toute façon , beauté  et laideur dans l'absolu n'existent pas : on peut souffrir beaucoup en découvrant la laideur intérieure chez quelqu'un dont la beauté physique nous avait séduits .On s'est trompé sur lui , en croyant qu'il était aussi beau à l'intérieur qu'à l'extérieur . Inversement , il suffit de tomber amoureux de quelqu'un que l'on croyait laid pour découvrir que dès qu'on l'aime , tout cela ne veut plus rien dire .

* La cause à laquelle on attribue un complexe ( son nez , ses seins ..) est révélatrice de quelque chose ...qu'il faut décoder . Ex : face à une adolescente qui veut absolument se faire refaire la poitrine , plutôt que de se précipiter chez le chirurgien , il est important de s'interroger sur la façon dont on considère le corps dans sa famille , sur ce qu'elle pense de sa féminité , sur ce que sa mère en pense , si elle se sent autorisée à devenir une femme etc. Donc pour se débarrasser d'un complexe «  handicapant «  , un travail de décodage en profondeur est nécessaire, en se demandant d'où il vient ( retour sur son enfant intérieur ! )…accompagnement par des spécialistes ( psychologue , psychothérapeute , psychiatre , EMDR , TIPI ..)
 
les complexes servent-ils à quelque chose ?

- autant de réponses que d'individus .
- par ex.
1.se sentir complexé peut servir à ne pas affronter les difficultés . Si l'on se dit : « ce n'est pas la peine que j'essaie  , je suis beaucoup trop nul de toute façon et je n'y arriverai jamais » , on est tranquille ! Langage très fréquent à l'adolescence.
2. un complexe peut aussi servir à reprendre à son compte un interdit parental : si mes parents m'ont interdit de vivre , le fait que je sois complexé sera un bon moyen pour ne rien entreprendre et leur rester fidèle sans le savoir .
3. autre fonction du complexe : protéger les autres ...Si dès ma naissance , j'ai eu l'impression de déranger mon grand frère , de lui prendre sa place , j'aurais l'impression de moins lui faire de l'ombre en me sentant nul en maths par ex .
4. les complexes peuvent devenir un enjeu dans la relation avec l'autre ; à l'adolescence , on voit des filles très jolies qui ne choisissent que des copines mal dans leur peau et qui s'amusent à jouer les reines avec elles ...nécessaire de s'interroger sur leur besoin de s'entourer de la sorte pour se sentir bien ?
5. la séduction influe sur les complexes ; quand on est complexé , si on échoue à séduire , on ne se dira jamais que c'est normal et que ça arrive à tout le monde : on se dira forcément que c'est parce que , par nature , on n'est pas séduisant ….




* DES LIVRES RÉFÉRENCES :
* «  C'EST PAS JUSTE «   livre pour aider les enfants complexés ou en manque de confiance en eux
.
C'est pas juste !
Auteur : Eric Englebert
Illustrateur : Claude K. Dubois
Editeur : Grasset Jeunesse
Collection : Lampe de poche
Septembre 2005 - 5,10 euros
Album à partir de 7 ans
Thèmes : Citoyenneté/Civisme, Affection/Emotion

Résumé du livre  :
Emilie est triste ! En classe, elle subit les moqueries de ses camarades qui l'appelle Dumbo à cause de ses oreilles. " C'est pas juste ! ", pense-t-elle. Emilie a dû mal à accepter cette particularité physique et elle en souffre. Heureusement, il y a Bruno avec qui elle se noue d'amitié. Ensemble, ils se serrent les coudes; Emilie lui donne même des coups de pouce en math. Grâce à cet ami qui l'accepte telle qu'elle est avec toutes ses qualités, Emilie peut alors mieux s'accepter. Finement esquissée, cette histoire toute simple sur l'affirmation de soi donne à entendre les émotions des plus petits. Les mots sonnent justes et les illustrations sont tendres, nul doute que cet album pourra rassurer plus d'un petit lecteur
!
                                           
* Ces enfants malades du stress ( Gisèle George ) ed .pocket 2004

* Paroles pour adolescents -le complexe du homard ( Françoise Dolto – Catherine Dolto -Tolitch ) Livre de poche

* Contes à guérir , contes à grandir -Jacques Salomé – livre de poche

mardi 24 janvier 2017

A PRATIQUER ....LA MÉDITATION AVEC SES ENFANTS , POUR UNE ÉDUCATION SEREINE ! UTILE AUSSI POUR VOUS !

                                                                       

                                             **MÉDITER AVEC SES ENFANTS ...POUR UNE
ÉDUCATION SEREINE: UNE MÉTHODE SIMPLE ET EFFICACE POUR TOUS , PETITS ET GRANDS !! De plus en plus pratiquée dans les écoles AUX PAYS -BAS et dans les familles adeptes de la pédagogie positive...

😍UN LIVRE INDISPENSABLE :

«  CALME ET ATTENTIF COMME UNE GRENOUILLE » livre accompagné d'un CD ET D'UN LIVRET D'EXERCICES -
 écrit par Eline Snel , thérapeute qui a mis au point une méthode de méditation pour les enfants : Elle a cé l' Académie pour l'enseignement de la pleine conscience aux Pays- Bas ; les bienfaits de cette méthode sont reconnus par le ministère de l'Education Nationale -de ce pays - qui l'inclut dans la formation des  enseignants -La méthode d’Eline Snel est directement inspirée de la pratique de la pleine conscience élaborée par Jon Kabat-Zinn. Elle repose sur des exercices de respiration simples qui aident peu à peu à se recentrer sur l’instant présent et à prendre du recul par rapport à l’agitation et aux ruminations.

 😍 ses bases de réflexion :
    « Les enfants n'ont ni passé ni avenir et , ce qui ne nous arrive guère , ils jouissent du présent »
Jean  De La Bruyère (Les Caractères )
* les enfants ont l' intelligence intuitive de  vivre intensément le moment présent , ils ont des capacités spontanées de pleine conscience :voilà pourquoi leur  existence est plus légère et plus heureuse que la nôtre !
* qu'est-ce que la pleine conscience?: l' aptitude de l'esprit à se tourner vers ce qui est là , ici et maintenant , à se rendre pleinement présent à chaque instant que nous vivons . C'est la base de nombreuses approches méditatives , dont les vertus ont été étudiées de manière scientifique : la pleine conscience est de plus en plus utilisée en médecine et en psychothérapie .
 Nos enfants sont des petits maîtres en matière de pleine conscience ...puis en grandissant , ils vont apprendre à anticiper ( avenir ) , à revenir sur le passé . Leur esprit va faire un bond considérable en matière de performances , mais aussi de capacités à souffrir ! Et ils vont cesser d'utiliser leurs précieuses prédispositions à la pleine conscience. Adultes , ils devront à nouveau apprendre à les cultiver ..mais pourquoi pas ne pas  les aider dès le départ à préserver et cultiver ce merveilleux capital ..inné??

C'EST L'ENJEU DE NOTRE RÉFLEXION À TRAVERS CE LIVRE . 
  
😍* LES ENFANTS PEUVENT-ILS MÉDITER ?

  La méditation pour les enfants était un  domaine quasi inexploré , il y a quelques années ( on pensait que la démarche était trop difficile pour eux car trop « intellectuelle « ) . Aujourd'hui : on sait que la pleine conscience est  un outil simple et puissant , on a compris que les enfants  étaient parfaitement capables à leur manière d'avoir une vie intérieure authentique et profonde .
De plus la méditation de pleine conscience passe beaucoup par le corps et les enfants comprennent parfaitement le langage du corps .
On pensait aussi qu'ils n'en avaient pas  besoin parce qu'ils ne souffraient pas , qu'ils ne s'angoissaient pas ..erreur ! : ils ont des états d'âme douloureux ! 

Il est donc Important d'éviter le double écueil de les ignorer , de les sur-médicaliser ou de les sur -psychologiser .
La méditation de pleine conscience offre des approches douces et parfaitement efficaces .
Le nombre croissant de travaux montrant son intérêt auprès des enfants  révèle un  équilibre émotionnel amélioré , des capacités de résilience ,une qualité des échanges familiaux, des capacités attentionnelles : travail scolaire et apprentissages . Et l'Intérêt -voire même la nécessité – pour les parents de pratiquer eux-mêmes la pleine conscience est de plus en plus évidente ! 

😍
* POURQUOI INCITER NOS ENF À MÉDITER ?

 Les enfants  d'aujourd'hui sont souvent agités , dispersés , stressés ...comme les adultes autour d'eux .On leur demande  de se calmer ou de se concentrer mais on ne leur explique pas comment faire .
La méditation est un outil simple et efficace qui procure des bénéfices immédiats .
En s'entraînant à être attentifs , ils apprennent à s'arrêter et à sentir ce dont ils ont besoin dans l'instant présent , à se concentrer : ils savent mieux accepter les choses désagréables , apaiser leurs idées qui n'arrêtent pas de tourner dans leur tête , ils sont plus gentils avec eux-mêmes et les autres , ils cultivent leurs capacités de présence au monde ,ils prennent conscience de sa beauté et de sa fragilité ( conscience de son environnement, admirer les paysages , la nature ) ils apprennent à être « présents «  ..
En s'exerçant à être attentif et consciemment présent , ils apprennent à s'arrêter , à reprendre leur souffle ; ils peuvent débrancher leur pilote automatique ,alors  ils apprennent à accorder de l'attention , à ne pas dissimuler ..ils expérimentent l'attention , la patience, la confiance , l'acceptation et pourront transmettre à leurs enfants  ...ils s'enracinent dans le maintenant. De plus , ce qui s'apprend dans l'enfance peut servir jusqu'à la vieillesse.
* l' expérience est très probante de la pleine conscience à l'école : meilleure concentration ,meilleure écoute , meilleurs apprentissages ,  plus d'ouverture d'esprit, enfants plus  gentils, envers eux-mêmes et envers les autres , ils ont acquis plus de confiance ...donc intéressant de prolonger cela à la maison ..

Cette méthode de méditation 
, basée sur la pleine conscience ,est destinée aux enfants  de 5 à 12 ans et à leurs parents .Elle  s'inspire de la grenouille : animal capable de faire des bonds énormes mais aussi de rester très tranquille : la grenouille voit tout ce qui se passe autour d'elle mais ne réagit pas à chaque fois , elle respire , sereine , calme ; quand elle respire, son ventre gonfle et dégonfle ...comme la grenouille , nous pouvons apprendre la sérénité en faisant attention à notre respiration.

 
.
Christophe André – médecin psychiatre à l'Hôpital Sainte -Anne à Paris -  affirme:

« Aider les enf à vivre en pleine conscience c'est les aider à préserver toutes leurs capacités d'humanité .Pratiquer avec eux les exercices de ce livre , vivre avec eux ces moments de pleine conscience représente un des plus beaux cadeaux que nous puissions leur faire , un cadeau dont ils se serviront toute leur vie »

1.😔 QU'EST-CE QUE LA PLEINE CONSCIENCE ?



* Etre présent de façon consciente c'est  comprendre ce qui se passe maintenant , en adoptant une attitude d'ouverture et de bienveillance.
* Etre présent ici , dans l'instant , sans juger , sans rejeter ce qui se passe , sans se laisser entraîner par l'agitation du jour .Non pas penser ce qui se passe maintenant mais être dans l'ici et le maintenant ..
* Si vous êtes présent à ce que vous vivez au moment où vous vous levez le matin , lorsqu'on vous demande quelque chose , lorsque vous remarquez le sourire de vos enf..alors vous êtes ici et non pas ailleurs avec vos idées : vous  économisez votre énergie , vous voyez ce qui se passe pendant que ça se passe :cette  présence consciente et bienveillante génère des changements dans votre attitude , vos comportements envers vous -même et envers vos enfants.

* 1er exercice :( plage 11 du CD ): travail de conscience et de respiration utile avant de s'endormir ( pour les parents aussi ) « quand le corps a sommeil mais pas la tête » ;exercice  de pleine conscience qui permet de se détacher du flux des pensées qui traversent la tête ; les pensées ne s'arrêtent pas : on peut simplement cesser d'y prêter attention ou d'y attacher de l'importance .
Un exemple simple pour aider à quitter la tête pour le ventre là où les idées ne s'agitent plus , là où tout est calme et silencieux 


* exercez -vous à pratiquer la pleine conscience ..dans les actions quotidiennes : percevoir le soleil sur sa peau , sentir l'eau de la douche couler sur son corps ; éprouver l'irritation de votre corps , la joie ou le malaise au moment où ils apparaissent ..sans devoir en faire quelque chose , sans tout de suite y réagir ou exprimer ce que vous pensez...être présent avec bienveillance à ce qui se passe maintenant à chaque moment .C'est savoir ce que l'on fait, quand on le fait et être à ce que l'on fait. Sans pensée, sans jugement, sans sentiments. C'est être conscient de notre action tant d'un point de vue physique qu'intellectuel.

 

2.😔
LE PARENT PLEINEMENT ATTENTIF :



* c'est être un parent présent en pleine conscience , un parent pleinement conscient ...c'est un exercice difficile ! souvent les enfants nous font remarquer notre manque d'attention ,« maman tu ne m'écoutes pas!»,  nous avons des réactions trop vives , des impulsions , des manifestations d'énervement …
* c'est impossible de contrôler la mer, impossible d'empêcher les vagues mais on peut apprendre à surfer ...sans voiles :c'est l'  objectif des exercices d'attention .
* problèmes , stress , tristesse, soucis , maladies , séparations , chômage ....ne cherchez pas à éliminer ces situations , soyez présent à ces moments sans en réprimer les aspects , alors vous êtes dans la réalité , dans le présent. Vous voyez les vagues telles qu'elles sont ,vous observez ce que vous ressentez ,ce que vous pensez et ce que vous voudriez faire : vous êtes  moins préoccupé de ce que les vagues « devraient être « :


* 2e exercice : bouton pause respiration ( plage 5 du CD ) pour vous éviter de réagir impulsivement ..quand on prend conscience des vagues sans immédiatement réagir , la vie devient plus sereine.

* 3 qualités à développer pour les parents :
1. l'acceptation : attitude de celui qui reconnaît que les choses sont ce qu'elles sont au moment présent ( ne pensez pas à vos attentes ni à ce qui s'est passé avant )
2. la présence : être là tout simplement ouvert et généreux , sans jugement immédiat . Plus vous êtes présent , moins vous ratez de choses : la petite main dans la vôtre, la crise de colère ,le départ pour l'école , les moments de bonheur , de malchance, de routine ...Etre présent suffit ,cela suffit au contact ..essentiel .
3. la compréhension : permet d'être authentique dans les moments où vous manquez de présence et de gentillesse, quand votre patience est épuisée , quand vos enfants  ne se conforment pas à vos attentes ...Elle se développe quand vous cessez de vivre dans la dépendance réciproque .

 


3. 😔
FAIRE ATTENTION , ÇA COMMENCE PAR LA RESPIRATION .


* C'EST TRÈS IMPORTANT de prendre conscience de sa respiration ; en dirigeant l'attention sur la respiration , vous êtes présent à ce qui se passe. « MAINTENANT «
 Votre respiration est là tout au long de votre vie ; dès que vous observez son mouvement , vous devenez plus conscient de votre monde intérieur et du moment présent , un pas vers davantage de concentration.
* faire attention à sa respiration est une  aide pour les enfants , les parents et les grands-parents , dans les petits orages et les grands . C'est le 1er et le plus important pas vers la pleine conscience de ce que vous trouvez difficile ou stressant ; suspendre les réactions immédiates et diriger l'attention vers la respiration : vivre consciemment quelques inspirations et expirations .


* 3e exercice « l'attention comme une grenouille »  plages 1/2 : bon moyen de se centrer sur la respiration….pour améliorer sa concentration , réagir de façon moins impulsive , exercer une influence sur son monde intérieur sans condamner quelque chose qui y passe et sans essayer de le repousser.
Introduction : vous installer dans un coin tranquille où vous ne serez pas dérangés . Expliquer :La grenouille est un curieux animal , elle peut faire des sauts énormes mais elle peut aussi rester très tranquille : elle remarque tout ce qui se passe autour d'elle mais elle ne réagit pas chaque fois . Elle respire et se tient tranquille , comme cela elle ne se fatigue pas et ne se laisse pas entraîner par toutes les idées qui lui passent par la tête . Elle reste calme , Quand elle respire , son ventre gonfle et dégonfle .
CE QUE PEUT FAIRE LA GRENOUILLE , NOUS LE POUVONS AUSSI ! LA SEULE CHOSE DONT TU AS BESOIN C'EST DE FAIRE ATTENTION , ATTENTION À TA RESPIRATION .


* 4.s'exercer à faire attention : pas simple .
 Prise de conscience de la distraction : revenir à la respiration plage 3.


* AU QUOTIDIEN :pratiquez ces « trucs pour la maison »: observer sa respiration à différents moments : quand on regarde la TV , quand on joue à l'ordinateur , quand on est énervé , quand on est triste , quand on attend ...quand on heureux aussi ! 

 


4.😔 S'ENTRAÎNER À L'ATTENTION :

Les organes des sens ( vue , ouïe , odorat, goût , toucher ) ont un rôle important dans l'apprentissage de l'attention .Ils nous apportent des informations que nous interprétons . Essayer de tenir à distance le bavardage de notre esprit et d'utiliser nos sens sans juger  permet de  percevoir davantage d'aspects de la réalité .
Percevoir de façon « ouverte «  avec curiosité , sans tout de suite se mettre à penser , c'est tout un art que les jeunes enfants peuvent comprendre .
* AU QUOTIDIEN , ESSAYEZ CES « trucs pour la maison » : l'observation attentive n'est  pas innée : on doit s'y exercer ! Par exemple  dès que vous vous levez , vous êtes à l'orée d'un jour tout neuf et plein de choses qu vous ignorez à ce moment vont se produire : quand vous vous levez , vous prenez conscience de vos jambes qui vous conduisent jusqu'à la salle de bains ...pour faire votre toilette . Vous sentez l'eau sur la peau lorsque vous prenez votre douche .Vous prenez conscience de choses que sinon , vous n'auriez pas observées ..S'éveiller consciemment cela permet d'être là où vous êtes , attentif à ce que vous faites et à sentir ce qui se passe au moment où cela se passe…
Regarder sans faire de commentaires ….si vous apprenez à votre enfant  à regarder sans laisser les idées s'emballer , votre enfant constatera qu'il voit mieux et retient mieux ce qu'il voit.

Ex :pour les enfants jeunes ,  leur faire retenir sur le chemin de l'école 5 choses vraiment vues ...en regardant sans juger ( beau ou laid), il découvre davantage la réalité .
Pour les plus âgés : l'enfant prend une branche d'arbre et la reproduit aussi bien que possible sur une feuille de papier : il dessine ce qu'il voit et non ce qu'il pense voir . S'il fait cela pendant quelques jours, il constate qu'il voit de mieux en mieux la branche et que son dessin est de plus en plus ressemblant .


Autre ex : vous m'entendez ? Bien écouter ce qui est  vraiment dit ne va pas de soi ...apprendre à mieux écouter comme nous apprenons à mieux voir .condition : faire attention consciemment et se rendre compte que l'on n'écoute pas vraiment.
S'écouter mutuellement : écouter les autres sans juger en voulant vraiment les entendre et comprendre ce qui est dit! écouter un son , sans y accoler une étiquette ..qu'est ce qu'on entend en ce moment ? Est ce que les sons sont devant ou derrière vous ?...exercer nos sens comme nos muscles est important !


Autre ex : manger avec attention ( paraît simple mais n'est pas facile!) essai : avec toute la famille , pendant un repas , manger sans faire de commentaires ( c'est bon , c'est mauvais , je n'aime pas ça …) : expérience surprenante . Faites part de ce que vous sentez et de ce que vous goûtez lorsque vous prenez une bouchée , que vous la gardez en bouche et que vous l'avalez de façon consciente .
° est-ce salé , sucré ou amer ?
° est ce mou ? Dur ?
° que se passe t'il dans ma bouche au moment où je mange ? Sentez vous que la nourriture devient humide ? Qu'elle disparaît petit à petit ?..
important de manger de façon attentive ...vous remarquerez plus rapidement quand vous avez assez mangé , ainsi vous ne mangez pas une trop grande quantité !

 


5. 😔 QUITTER LA TÊTE , SENTIR LE CORPS .


* l'attention à la respiration et aux organes des sens vous permet de vivre le moment présent.La prise de conscience du corps est une autre façon de procéder : votre corps peut vous dire beaucoup de choses si vous prenez la peine de bien l'écouter.
* le corps est un  instrument très sensible qui nous envoie des signaux utiles : expérience du moment présent , nos besoins , nos limites ( émotions, idées agréables , ruminations, épaules tendues , nœud à l'estomac , fatigue …) ….des informations dont nous ne tenons pas toujours compte ; on repousse les sensations qui nous ennuient ( moi , fatiguée ?, pas du tout ! ) et on prend un chemin de fuite : friandises, agitation , repli sur soi, médicaments …)
* LA PLEINE CONSCIENCE VOUS APPREND À QUITTER LA TÊTE POUR SENTIR LE CORPS : si vous prenez la peine de vous arrêter un moment et d'accorder de l'attention à votre corps , vous pouvez observer :par ex :
° vous êtes encore irrité à cause de ce qui s'est passé hier
° vous êtes triste
° vous avez trop mangé
° vous êtes inquiet
° vous devez aller aux toilettes depuis un moment mais vous ne vous en êtes pas donné le temps …

* APPRENONS À ÉCOUTER LES SIGNAUX DE NOTRE CORPS : en règle générale , le corps nous obéit ; ex : si l'on veut écrire , les doigts suivent ...en apprenant aux enfants  à écouter les signaux de leur corps , on leur apprend que le corps ne sert pas seulement à réaliser des intentions mais qu'il délivre des signaux dont ils peuvent prendre conscience : fatigue , saturation ,
énergie ...ne pas réfléchir sur ce qu'ils éprouvent mais SENTIR , RECONNAÎTRE , PRÊTER DE L'ATTENTION...et ensuite CHOISIR ; QU'EST -CE QUE JE FAIS DE CE QUE JE RESSENS ?


EX : « ON QUITTE LA TÊTE , ON VA DANS LE CORPS » : on pose tout ce que l'on tient , on prend des coussins pour poser sa tête , on se couche comme on veut  .On fait un grand soupir ...on demande aux enf ants de prendre conscience que leur corps est couché et de diriger leur attention sur le corps ..que constatent-ils ? Qu'observent-ils ?

* Écoutez les signaux de son corps apprend à connaître ses limites : jusqu'où peut-on aller..quand on mange , quand on fait du sport, qu'on taquine quelqu'un , quand on joue à l'ordinateur ?
Calme et détente sont en opposition à l' agitation : ex .du spaghetti  ( plage 4 ) : apprendre à transformer les spaghettis durs qui sont dans le corps en pâtes souples , bien cuites , tout à fait molles ...apprentissage de la détente qui fait du bien : être tout simplement. Par entraînement , l'enfant sentira de mieux en mieux quand il ne va pas bien , quand il a mal…



*ESSAYEZ CES  « TRUCS POUR LA MAISON » :
° Comment suis-je dans ma peau ?
- que ressens-tu dans ton corps ? As-tu parfois mal ?..
- que sens-tu quand ton corps se réveille ?
- copie le thermomètre et indique chaque jour comment tu te sens ? Fatigué en bas , en forme en haut ?


° C'est bon de rire

- va devant le miroir et commence à rire .Qu'est ce qui se passe dans ton corps ? Qu'est ce qui accompagne ton rire?tes yeux ? Ta bouche ? Ton ventre ?…
- faire le même exercice avec d'autres personnes.

° Courir de façon consciente

- quand tu montes vite les escaliers , est -ce que ce sont seulement tes jambes qui courent? sens bien tout ce qui bouge .
- quand tu t'arrêtes brusquement , que sens-tu dans ton corps?comment perçois -tu ta respiration ?
- pendant une journée , observe combien de fois tu cours automatiquement et compte combien de fois tu cours alors que ce n'est pas nécessaire
.




6.😡
ORAGE EN VUE !


* Si l 'esprit est comparé à un lac , un océan , orages et averses peuvent changer la surface en une masse tourbillonnante avec de grandes vagues angoissantes , A d'autres moments , l' eau lest isse comme un miroir au travers duquel on peut regarder loin , profondément.
* ainsi en chacun de nous : il peut y avoir un changt d'humeur , des émotions violentes …
° il faut apprendre à tenir compte de sa météo intérieure abstenez -vous de la chasser ou de vouloir qu'elle soit autre : placez vous dans la réalité si vous n'exigez pas que le soleil brille s'il pleut à verse …
° QUEL TEMPS FAIT-IL À L'INTÉRIEUR DE MOI ?
Ce bulletin météo personnel peut vous aider à comprendre son ( NOTRE ) monde intérieur , d'explorer son ( NOTRE ) humeur et de l'aider à l'accepter .
Reconnaître des sentiments négatifs permet d'accepter qu'ils puissent survenir .
Réfléchir ensemble à ce qui est souhaitable : une caresse ? Se disputer gentiment? téléphoner à un ami ? Chercher ensemble comment résoudre un problème ? …
En tant que parent , c'est l' occasion d'examiner de près vos sentiments et votre tendance à réagir de façon automatique : observez ce qui se passe en vous ...même si vous  n'êtes pas en mesure de résoudre toutes les difficultés , vous montrez à votre enfant  que vous êtes proche , que vous lui permettez d'exprimer ses émotions et de les accepter : vous lui montrez que vous l'aimez quelles que soient « ses conditions météo » !
° exercice : consulter sa météo personnelle : s'asseoir confortablement , fermer les yeux , prendre tranquillement le temps de découvrir comment on se sent . Quel temps fait-il à l'intérieur ? Sans réfléchir , on laisse venir le bulletin du temps qui correspond à ce qu'on ressent en ce moment ….sans vouloir le changer comme celui qu'il fait dehors , on doit l'accepter . Etre attentif au ressenti ...A un autre moment de la journée , ce peut être différent.
Avec cet exemple , on apprend à ne pas s'identifier aux sentiments : « je ne suis pas une averse mais je constate qu'il pleut ..»
Amusant de dessiner ce temps intérieur...c'est accepter aussi qu'il en soit ainsi .


° ESSAYEZ CES « TRUCS POUR LA MAISON »
- faire un dessin de son bulletin plusieurs fois dans la journée ...voyez alors si la météo est toujours  la même ou si elle a changé ; c'est important de savoir que rien n'est immobile.
- en allant à l'école , l'enfant  observera les diverses conditions météo : il sent la pluie , le froid sur ses mains , sur ses joues , l'orage qui lui fait peur ...ou qui l'excite !
- quelle est l'humeur des parents aujourd'hui ? Celle des frères et sœurs ? L'enfant les observe sans critiquer ...chez l'un le soleil peut briller alors que chez l'autre il pleut 

 

7.😔
GÉRER LES ÉMOTIONS DÉSAGRÉABLES :


Rappel : les émotions et sentiments ne doivent pas être réprimés , transformés ni tout de suite exprimés : il importe de pouvoir simplement les éprouver ,les accueillir ,leur prêter de l'attention , une attention amicale .
Une émotion nous renseigne sur ce que nous vivons mais ne renseigne pas toujours sur la réalité : c'est important d'apprendre aux enfants ce qui suit :
° on peut ressentir des émotions dans son corps , on peut leur accorder de l'attention jusqu'à ce qu'elles se modifient , sans pour cela se laisser entraîner par elles ou vouloir les réprimer : il est alors utile de les traduire en mots ou de les dessiner .

° on n'est pas ses émotions , on A des émotions .exemple : Je ressens de la tristesse mais je ne suis pas un pleurnicheur .
° toutes les émotions sont naturelles mais toutes les actions ne sont pas acceptables : on peut changer sa façon d'agir , pas les sentiments


Enfants  comme adultes sont profondément perturbés par des émotions intenses qu'ils ne savent pas comment gérer . Les Parents doivent apprendre à oser se confronter à ces émotions , à oser leur accorder de l'attention.

Les enfants sont  plus apaisés quand ils comprennent que l'on peut accueillir avec compréhension toutes les émotions ; ils apprennent ainsi à gérer la violence de leur météo personnelle ,ils savent que les émotions -comme l'orage- passent...S 'ils  sont submergés , ils cherchent un échappatoire dans des jeux , des caresses avec le chien ou sur les genoux d'un parent .
* IL FAUT APPRENDRE À GÉRER LES COLÈRES : ces émotions problématiques qui peuvent mener à une perte de contrôle du comportement , à la destruction d'objets peuvent se retourner contre soi-même : on se fait mal en réaction au sentiment d'impuissance .
° EXCERCICE RECOMMANDÉ :CD PLAGES 5/6/7 :     pour sortir du tourbillon émotionnel pour apprendre aux enfants à ne pas craindre la violence de leurs émotions .
* ESSAYEZ CES « trucs pour la maison » :
° comment te sens-tu en ce moment ? À différents moments de la journée , aidez votre enfant à reconnaître et à identifier les sensations du moment présent ; comment sens-tu ton corps ? Accueillir les sensations au moment où elles se produisent permet de mieux les reconnaître  « oh oui , ça c'est la colère .C'est comme ça l'angoisse , c'est différent de la tristesse. » ILs font l'expérience de la traversée d'émotions intenses et comprennent que ces émotions ne nous détruisent pas .
° STOP maintenant : c'est important que vos enfants voient et respectent vos propres sentiments d'inquiétude , de frustration , de tristesse, de fatigue . Osez dire stop lorsque vous n'avez plus envie de jouer
.

 


8. 😔
LA FABRIQUE DES RUMINATIONS :


* on se met à ruminer dès qu'on veut que les choses soient autrement qu'elles sont .Nous croyons que c'est en ruminant que nous résolvons les problèmes, erreur !
* il faut aider ses enfants  à se gérer eux-mêmes en leur apprenant à comprendre le monde merveilleux des pensées :
- ne pas croire toutes ses pensées ; ex : je n'y arriverai pas ..( faux )
- nous ne sommes pas nos pensées ; ex : je ne suis pas intelligent : il s'agit d'une idée et non pas de l'enfant
- écrire les principales pensées et les classer par ordre d'importance.
- les jours suivants , observer  quand les ruminations apparaissent et voir si on arrive à ne pas les suivre. Si les pensées ressassées ne sont pas prises au sérieux , elles peuvent s'estomper . Si les idées sont persistantes , il faut en déterminer la cause pour  reconnaître et comprendre si on veut qu'elles ne reviennent pas,
           
* LES PENSÉES , QUE SONT-ELLES FINALEMENT ? Comparables à de petites voix que l'on entend à l'intérieur de sa tête , qui n'arrêtent pas de parler , se mêlent de tout, ont une opinion sur tout ...concernent ce que l'on trouve difficile ou agréable , ce que l'on veut devenir ou ce qui nous a énervé la semaine passée..concernent le passé , le présent et l'avenir. Produites par la fabrique d'idées .

* PEUT-ON ARRÊTER DE FABRIQUER CES RUMINATIONS ? EX : fermez les yeux , essayez pendant 15 secondes  de ne penser à rien!...impossible : on ne peut pas arrêter l'apparition des idées ; elles sont fabriquées à la chaîne .par contre on peut apprendre à exercer une influence sur elles.
- tout d'abord les observer : on s'assoit autour d'une table , l'un d'entre vous joue le rôle de questionneur . Les autres sont des penseurs .Le questionneur pose une série de questions , chaque fois au lieu de répondre , les penseurs écoutent les réponses produites par leur fabrique d'idées .
° quelles sont les pensées que vous entendez venir ?
° voyez vous des images qui l'accompagnent ?
ex. de questions :
1 .quel est ton repas préféré ?
2. qu'est ce qui te rend très heureux ?
3. pour quelles choses te fais -tu du souci ?
4. quelles sont les pensées qui apparaissent si tu les laisses aller n'importe où ?

- les pensées défilent à vive allure ,nous empêchent parfois de dormir  mais nous avons le choix de les suivre ou de les observer pendant  un moment et de les laisser ensuite continuer . Vous commencez à mieux comprendre ce qui se passe dans la tête lorsque l'observation vous conduit à prendre conscience que vos pensées ont tendance à vous mener par le bout du nez .

- sur quoi ruminez vous ?  Établir avec son enf ant une liste des idées qui apparaissent régulièrement ou de temps en temps
CD plage 8  juste avant d'aller au lit quand la tête se remplit d'idées au moment où le corps est posé …
ex : 1ers secours en cas de ruminations : laisser descendre son attention comme une petite araignée pendue à un fil ..de plus en plus bas jusque dans le ventre : là où il n'y a pas d'idées , juste la respiration , le mouvement paisible de la respiration , là il fait calme , pas de disputes , paix et repos .
* ESSAYEZ CES « TRUCS POUR LA MAISON » : Créer une boîte à ruminations , joliment décorée par l'enfant  . Avant d'aller dormir , on demande à l'enfant s'il a encore des soucis, des préoccupations , des choses qui lui tiennent à cœur ...on les dit et on l
les place dans la boite, on ferme bien le couvercle , on place la boite sur une étagère à une certaine distance du lit , l'enfant  peut ainsi voir les pensées qui ne sont plus dans sa tête  car elles sont dans la boite ! 



9. 😔
ÊTRE GENTIL, C'EST AGRÉABLE :


la gentillesse c'est  une des qualités les plus essentielles de l'être humain , elle ne juge pas , n'exclut pas , va droit au cœur , permet de grandir,d'avoir confiance en soi et dans les autres , console, soigne , rend doux ,même quand cela va mal ou qu'on est triste .( expérience service de pédiatrie )
Beaucoup d'enfants sont  plein de gentillesse ...alors que d'autres malmènent , tapent, agressent , harcèlent….

* rendre coup pour coup : est -ce une bonne solution ? Non ! L'agressivité entraine l'agressivité : montrer que l'on  peut avoir d'autres ressources .
* être aimable , ça se travaille : exemple de gentillesse : leur faire prendre   conscience des personnes qui les aiment particulièrement ,et du même courant d'amour chaleureux que l'on peut envoyer à d'autres personnes. Les enfants apprennent que ce n'est pas grave de se comporter de temps à autre de manière désagréable à partir du moment où l'on en prend conscience .Cette compréhension  va dans le sens de la compassion , dans le sens d'un monde meilleur auquel on contribue 

. Ex du ballon des compliments .( p.118 )  .
CD plages 9 et 10 : prise de conscience de moments agréables .

* ESSAYEZ CES « TRUCS POUR LA MAISON » : nous apprécions tous les compliments ; ils nous valorisent , on les conserve !
- Apprendre à prendre conscience des comportements désagréables : ex , avec un simple élastique ou un bracelet : « tu le portes à ton poignet droit .Chaque fois que tu fais une bêtise , que tu manques de gentillesse vis-à -vis de quelqu'un ou de toi-même, tu le mets à l'autre poignet ...ex de prise de conscience de cette catégorie de comportements . Est -ce que j'arrête ou je continue ?
- Regarder plus loin que le bout de son nez : réfléchis à quelqu'un de ton entourage que tu n'aimes pas, cherche une caractéristique positive de cette personne pour prendre conscience qu'elle n'est pas totalement désagréable.
- je t 'aime parce que ...un parent explique aux enfants : « vous prenez bien le temps de laisser venir à l'esprit ce que vous appréciez chez chacun .En face de chaque nom , vous écrivez une chose que vous trouvez agréable chez cette personne » Tous les papiers remis à un parent qui déposera les petits papiers sous l'oreiller de chacun . Quel plaisir et quelle émotion de découvrir à quel point on est apprécié ou aimé tel que l'on est .



10. 😔
PATIENCE , CONFIANCE ET LÂCHER PRISE :


* Nous sommes souvent IMPATIENTS : NOS désirs nous portent vers ce que nous n'avons pas plutôt que vers ce que nous avons .
* comment gérer ? Il est fréquent qu'un enfant ait des désirs, soit il veut obtenir quelque chose , soit il désire que quelque chose s'arrête ...c'est en agissant qu'il peut les réaliser mais que faire des désirs dont la réalisation ne dépend pas de soi ? il y a possibilité de changer son attitude à l'égard de la situation .
- par xemple , créer son cinéma intérieur : pouvoir de visualiser mentalement une scène les yeux fermés .Ainsi on peut créer de belles images qui vont nous permettre d'améliorer , de fortifier ce en quoi on veut croire davantage .par ex :
-visualiser un souhait qui nous tient à cœur : les enfants  ont des souhaits importants et profonds dont ils n'osent pas parler à leurs parents
( « je voudrais que mes parents ne soient plus séparés » , « ma grand-mère me manque , je voudrais qu'elle ne soit pas morte » « je voudrais être une petite fille comme les autres ...» ) ; les images mentales peuvent nous aider quand il est question de désirs irréalisables : il ne s'agit pas de manipuler la réalité mais de comprendre que tout vient à changer : les choses changent tantôt par elles-mêmes , tantôt parce que nous adoptons une autre attitude à leur égard ; nous ne le savons pas toujours d'avance mais c'est un fait : le changement se produit inéluctablement.
- patience, confiance et lâcher prise : exercice  de visualisation qui induit la patience, la confiance dans le changement à venir , la capacité de lâcher prise , le renoncement à la volonté crispée de contrôler ce qui ne peut l'être.
* EX . DE L'ARBRE À SOUHAITS : assieds-toi confortablement le dos droit ; tu peux fermer les yeux . Observe ta respiration , reste bien attentif à ta respiration : l'air qui entre et puis sort ...entre et puis sort...Maintenant tu m'accompagnes vers un bel endroit dans la nature ..un lieu calme et joli où on est en sécurité .Si tu regardes bien , tu vois un vieil arbre très beau , très spécial : c'est un arbre à souhaits .Il a de grandes branches et de jolies feuilles vertes . Si tu regardes bien , tu vois des pigeons blancs assis sur ses branches ; chaque pigeon peut réaliser un souhait pas tout de suite, il faudra attendre que le moment arrive . Les pigeons ne peuvent réaliser que les souhaits qui sont vraiment dans ton cœur et que tu trouves très importants . Un seul souhait à la fois .
Prends maintenant le temps de penser à un souhait , qui vient de ton cœur ; ne fais pas d'effort pour y penser ; attends calmement jusqu'à que quelque chose arrive tout seul:un sentiment , une idée , quelque chose dont tu n'as jamais parlé à personne .
Une fois que tu sais bien ce que tu souhaites , tu appelles doucement un pigeon . Tu le laisses venir sur ta main et tu mets ta main près de ton cœur . De ton cœur tu fais savoir ton souhait au pigeon et le pigeon va s'envoler ...tu le vois  s'envoler , il est en route pour réaliser ton souhait ...mais pas aujourd'hui , ni demain ...ni peut-être la semaine prochaine .Mais aie confiance , il y a toujours quelque chose qui change pas toujours exactement comme tu l'aurais  voulu peut -être pas aussi vite mais souvent mieux que tu l'avais prévu . Peut-être un jour vas -tu le voir , alors que tu n'y pensais plus ! Laisse aller le souhait .
Tu ouvres calmement les yeux et tu restes encore assis un moment .

* Patience, confiance et lâcher prise sont des  attitudes importantes pour gérer nos désirs petits ou grands . Patience : tout a un temps qui lui est propre ; confiance : il ya tjrs du changement ; lâcher prise:il permet d'agir sur le désir . Renoncer à contrôler est difficile ; comprendre que ce n'est pas de la résignation .
                                   
* lâcher prise  c'est abandonner le contrôle mais ce n'est pas abandonner le désir de changer et accepter passivement ce qui est, au contraire accepter:accueillir sans manipuler, sans attendre , sans exiger . Attitude qui libère , donne la liberté de choisir la manière d'aborder votre vie et celle de vos enfants  , quelles que soient l'ampleur et la force des vagues !


Conclusion : Vos enfants seront plus apaisés et heureux .La pratique de ces exercices avec vos enfants  vous aidera à devenir plus présents , plus détendus et plus confiants en vous-même.




*Téléchargement possible sur
 http://bit.ly/1zNJwul

* vidéos également visibles sur YOUTUBE . Tapez : calme et attentif comme une grenouille.

                                           
    * également page FACEBOOK ( pour publications régulières ):Calme et attentif comme une grenouille

    * un livre complémentaire conseillé : Trois amis en quête de sagesse – L'iconoclaste ( Allary EdITIONS )- vient de paraître .

    * les propos de  Frédéric Lenoir , philosophe , sociologue, conférencier et écrivain français, docteur de l'École des hautes études en sciences sociales: